les Maquis de l'Ain : le camp Didier

29/7/2014

 

Le camp Didier

 

Le camp était basé à proximité du « bois du Noyer », entre Mionnay et Tramoyes, dans l'Ain.

Le Camp Didier était installé à la ferme Grange-Blanche (Famille Radison) où ils avaient installé leur poste de communication, peu loin de leur campement au bois du Noyer à tramoyes. Il est créé par Marcel Julien après l'invasion de la zone sud et prend de l'ampleur en 1943 avec le STO.

En 1943, Des stocks d'armes et de munitions sont constitués et sont cachés en particulier au fort de Sermenaz à Neyron. Avec l’afflux massif de réfractaires du STO, au printemps, le camp Didier compte 150 soldats basé à la forêt du Noyer près de Mionnay ; mais dès l'été, le camp aurait compté 800 soldats équipés de 13 fusils-mitrailleurs, 2 mitrailleuses, 220 mitraillettes et 1 000 grenades. C’est durant l'été qu’il prend le nom de Didier en hommage à Chambonnet, exécuté le 10 juin.

Les hommes du camp font sauter les lignes Lyon - Bourg-en-Bresse ou encore celle de Ambérieu-en-Bugey - Bourg-en-Bresse. Les hommes du camp Didier se distingue lors de l'attaque du camp de la Valbonne et des combats de Pérouges, avec la 5e comapgnie FUJ.

Dès le 5 septembre, sous l’impulsion du Capitaine Curvat, chef du Secteur IV FFI du Rhône, un corps franc avec l’effectif d'une compagnie se constitue à Sathonay avec les maquisards du camp DIDIER, pour entrer au 1er bataillon de marche de FFI du Rhône.

Category : Histoire régimentaire Print